L'histoire


La Naissance

“...L’inauguration du Téléphérique des Glaciers est imminente, elle complète le gigantesque pont de filins jeté entre l’Italie et la France, pont qui consentira à quiconque en ai besoin et envie de passer en un peu plus d’une heure de Courmayeur à Chamonix.” (La Domenica del Corriere – 1958)

L’idée d’une liaison internationale par téléphérique entre l’Italie et un pays frontalier avait attiré l’attention du comte Lora Totino, qui pensa relier le versant italien du Cervin au centre touristique de Zermatt. Le projet fut bloqué par les autorités suisses, aussi le comte trouva- t –il un nouvel espoir avec l’ouverture de la ligne Chamonix- Aiguille du Midi.
Ainsi naquit l’idée de relier 2 stations encore plus prestigieuses, Courmayeur et Chamonix, dans un massif extraordinaire comme celui du Mont Blanc.


L’histoire du téléphérique

L’installation, longue 15km (15.009m) est composée de 3 sections.
La première (en ordre chronologique) relie La Palud au Refuge Torino.
Depuis la Vallée de la Dora au vieux refuge situé sous le Col du Geant dépassant une dénivellation de 2.005m (avec un parcours de 4.230m) il faut 10mn environ (à pied il fallait au moins 7h) ; la construction fut effectuée pendant la guerre mais à peine les cables porteurs installés, ne furent- ils pas tranchés par un mitraillage de l’aviation française! Le téléphérique fut ouvert ensuite au public en 1948.
La deuxième section, de Chamonix à l’Aiguille du Midi, débuta au printemps 1951 et fut ouverte au public en 1956, c’est celle qui présente la dénivellation majeure, 2.812 mètres sur un parcours de 5.416m. On commença par relier Chamonix (1.030m) à Plan des Aiguilles (2.317m) et l’année suivante on ajouta le tronçon qui arrive jusqu’à l’Aiguille du Midi (3.842m).

Depuis Pointe Helbronner, où l’on est arrivé grâce un saut de 270m (et une dénivellation de 132m) commence le proprement dit «Téléphérique des Glaciers ».
La longueur du parcours est de 5.093m (dénivellation 311m).
Il s’agit sans aucun doute du trajet le plus spectaculaire et intéressant non seulement du point de vue panoramique mais aussi technique ; en effet, la réalisation de la liaison qui unit les stations d’arrivée des téléphériques déjà existants côté italien et français a été possible grâce à des solutions techniques tout à fait originales, la majeure d’entre elles étant constituée par le « pilier aérien » qui à étonné par l’audace de sa conception.


Le versant italien

Sur le versant italien existait déjà un téléphérique qui reliait la Vallée de Courmayeur au Refuge Torino (3.300m), la construction d’un tronçon de 250m de long et de 150m de dénivellation pour rejoindre Pointe Helbronner n’était pas un problème. La grosse difficulté était la traversée de 5 km de glaciers en mouvement perpétuel.
La grande oeuvre, projetée et construite sous la direction de l’ingénieur Comte Dino Lora Totino, eu comme chef de projet le professeur Vittorio Zignoli du Politechnique de Turin et comme constructeurs de nombreux techniciens et une armée de généreux et courageux ouvriers.


Le pilier aérien

La réalisation du pilier aérien a été nécessaire car la liaison entre le Gros Rognon et Pointe Helbronner est un trait unique de 3.300m. On avait donc besoin d’un soutien autrement les cables non soutenus, se seraient posés sur les neige du Col des Flambeaux. Ecartée l’hypothèse de placer un pilier normal sur le glacier situé plus en bas (instabilité des glaciers), le Comte Lora Totino pensa à la possibilité de construire justement un pilier aérien. Il l’étudia, fit des essais dans son jardin, puis donna le projet de réalisation à l’ingégnieur Zignoli.


Un pionnier du tourisme

Impossible de parler de Courmayeur et du téléphérique du Mont Blanc sans avoir une pensée pour le Comte Giovanni Battista Gilberti.
Le comte Giovanni Battista Gilberti (Titta pour les amis) est né à Milan le 15 juin 1913. Sa famille a séjourné à Courmayeur depuis 1908. Alpiniste et skieur passionné, précurseur du développement touristique et hivernal de Courmayeur, son nom est lié pour toujours à ce petit pays alpin qui sous son guide est devenu une moderne station de sports d’hiver.
En 1957, le Comte acheta les actions de la Societé Monte Bianco au Comte Lora Totino devenant ainsi l’ actionnaire majoritaire et Président de la Societé Monte Bianco, propriétaire des téléphériques.
A partir de là, la Famille Gilberti est devenue la protagoniste principale du développement touristique de Courmayeur.

Aujourd’hui

Les travaux de construction du téléphérique ont commencé le 10 avril 2012 et ils se sont terminés le 29 mai 2015.
Le 30 mai 2015 Skyway Monte Bianco a ouvert ses portes au public.

DONNEES TECHNIQUES

Il rifugio Torino Vecchio costruito dal Club Alpino Italiano sezione di Torino nel 1898